Archive for janvier, 2012

15 janvier 2012

Evening sunday avec Little Dragon

LITTLE DRAGON – RITUAL UNION

« Dreamy, rhythmical, shifting, moody rainbow sounds ».

Peut-on tenter une traduction sans déshonorer ce leitmotiv? On peut toujours essayer: Rêveur, rythmique, changeant, sons d’arc-en-ciel d’humeur changeante… C’est (très mal dit) ce que revendique le groupe suédois Little Dragon. L’association d’un adjectif et d’un nom derrière lesquels se cachent 4 anciens camarades de classe. Il nous font partager une véritble experience prolifique et imprévisible mêlant électro, trip-hop, neo soul et pleins d’autres choses indescriptibles  qui bouncent, qui vibrent et qui flottent.

Je vous laisse donc alors avec Yukimi Nagano, la voix de Little Dragon.. Bon Dimanche !

Ritual Union, le 3ème album de Little Dragon est disponible chez nos disquaires depuis juillet 2011.

Publicités
Étiquettes : ,
9 janvier 2012

L’ABSOLUTE SONG – COMMON

COMMON Ft RICH DAILY- SIX FT OVER

The Dreamer, The Believer est le nom du nouvel album tant attendu du rappeur Common. Avec un son comme Six Ft Over issu de l’EP Gost Lady  du chanteur Rich’Cocaine80s’ Daily on se dit qu’il aurait easily pu faire parti de de l’album du rappeur qui règne en maître sur Chicago. Au moins en bonus dans une édition deluxe quoi! Rien de mieux pour soutenir un artiste émergeant, non?

Common ne change pas les bonnes habitudes. Au mieux il les améliore. Sur cette piste, il revient à un flow originel et garde cette esprit HipHop-Jazz qu’on lui connaît si bien. Mais surtout un contexte lyrical qui rappelle les chansons « I used to love H.E.R », ou encore « Go ». A cela s’ajoute un refrain souple et fin. La chanson coule de source. On aimerait qu’elle ne se termine pas..

The Dreamer/ The Believer, 9ème album studio de Common est sorti en décembre. Découvrez des Feats avec Nas, Maya Angelou ou encore John Legend.

Disponible sur Itunes! (http://itunes.apple.com/fr/album/the-dreamer-the-believer/id480264717)

9 janvier 2012

Interview: Alec Lomami – De Kinshasa aux USA, parcours d’un artiste hip-pop.

« Kinshasa » c’est le nom du 1er single d’Alec Lomami. Un nom évocateur qui plante le décors du futur EP,  » Mélancolie Joyeuse » , de l’artiste Hip Hop Electro au parcours hors du communs. Rencontre et explications.

L’ABSOLUTE PITCH : Alec, peux tu te présenter en quelques mot?

Salut moi c’est Alec LOMAMI. Je suis un artiste/producteur congolais « Hip-Pop ». J’habite en Caroline du Nord aux US.

Tu vis au USA et il semble que tu as déjà un public là bas, comment cela s’est il produit?

Ca a commencé de manière assez organique. J’enregistrais un EP de 5 titres mais étant donné que je n’avais jamais fait de musique dans un contexte professionnel, je voulais d’abord présenter un aperçu de ce que je faisais en sortant un premier single. Les retours étaient extrêmement  positifs et encourageants. Donc je suis assez surpris, à vrai dire.

De bons retours qui semblent être justifiés car ce single « Kinshasa » a tout d’un hit. Seulement, j’ai ouïe dire que tu avais commencé l’écriture de la chanson alors que tu étais incarcéré. Peux-tu nous en dire plus?

Vrai, je me suis retrouvé dans des problèmes d’immigration et j’ai du faire face à une « déportation ». J’ai passé en tout 9 mois en prison. Etant enfermé, j’ai commencé à écrire quelques chansons. C’était une sorte de thérapie, d’exutoire, et aujourd’hui ces chansons sont les fondations de ce futur EP, « Mélancolie Joyeuse ».

Tout n’a pas du être simple pour toi. D’une certaine manière tu as su renverser la donne en déboulant avec cette chanson « Kinshasa ». Dans cette dernière, pour le refrain, tu entonnes pour leitmotiv  « Na za mwana kin ». Qu’est ce que ça signifie?

« Na za mwana kin » est une expression autoréférentielle utilisée pour désigner quelqu’un qui est originaire de la ville de Kinshasa. Il en émane beaucoup de fierté et de dignité. C’est ce dont je parle dans la chanson… de mes souvenirs de Kinshasa.

Corrige-moi si je me trompe. C’est une expression en langue congolaise Lingala. Par déduction et vu ton histoire tu semble très fier de tes origines. De plus, tu rap en français. Mais te considères-tu à présent congolais-américain ? Quel terme préfères-tu?

Je préfère congolais. Ne vous méprenez pas, j’adore l’Amérique et culturellement, je suis pris entre deux mondes. Mais je ne possède pas la nationalité américaine donc je ne peux pas non plus me qualifier de congolais-américain.

 « Kinshasa ». La tune est assurément « Hip-Pop » et on croirait entendre de l’auto tune. L’auto tune est décidemment à la mode. Comme une déferlante, la voix traficotée et robotisée fait de nombreux adeptes chez les artistes électro ou hip hop électro. T-Pain aura ouvert la voie…

T-Pain à une influence ET une affluence considérable dans la musique pop contemporaine. Ceci-dit, presqu’à tord… En effet, c’est quasi impossible aujourd’hui d’écouter une chanson électro-Pop sans auto tune. Je l’apprécie tout de même mais avec modération ! J’ai donc fait le choix de ne pas en mettre dans ce single.

J’ai l’air d’un Hipster non?!

Juste assez! Joke. Je pense que l’on comprend tous ton point de vue. D’ailleurs, à quoi auront nous droit, en terme de son dans ton EP « Mélancolie Joyeuse »?

J’utilise pas mal de samples Indie Pop dans ce cd donc musicalement, ça sonnera plutôt comme un mix d’Hip Pop et d’Indie Pop music.

read more »

9 janvier 2012

L’ABSOLUTE SONG – KAVINSKY (DRIVE SOUNDTRACK)

KAVINSKY – NIGHTCALL

Drive.

Un film mettant en scène Ryan Gosling dans un rôle de héros sur mesure. Rôle dans lequel il rayonne en voyou bon samaritain, modeste et pas très bavard de surcroît. C’est aussi un film à la bande son ou pour être plus branché, à la soundtrack inattendue. Winding Refn Production nous l’a faite à l’envers en  réfutant les attentes des fanatiques de films d’action.. On s’attendait à un remake de Fast & Furious mais c’est sur un pastique de polar « pulp » que l’on tombe. De l’action certes, mais aussi du thriller sanglant, en « slow-motion » mais poignant avec une mince variété de personnages tant détestables qu’attendrissants.

Tout ceci sur une 1ère scène d’introduction à l’ambiance rétro 80’s. Le rose fushia sur la typographie Bruch Script était de rigueur pour le générique de début. Typo accompagnée de la chanson récurrente du film, « Nightcall » . Comme le générique d’une série, on ne peut désormais dissocier « Nightcall » de Kavinsky à Drive.

read more »

Étiquettes : ,